Depuis notre balade à la Butte de Launay, nous nous grattons comme des teigneux!

Je suppose que nous avons attrapé des vendangeons dans les vignes!

 

mais qu'est-ce?

sachons qu'il se nomme aussi AOÛTAT

 

 

La larve de cet arthropode acarien parasite temporairement les organismes à sang chaud et occasionne par ses piqûres des démangeaisons parfois importantes chez son hôte.

De nombreuses espèces animales sauvages ou domestiques, dont le chat, le chien, le lapin, la vache et le cheval, semblent pouvoir servir de réservoir à ce parasite.

Cet acarien est présent à la surface du sol et dans la strate herbacée, où son instinct le porte vers les zones éclairées. Il est très présent en Amérique, Europe et Australie.

Il est vecteur de plusieurs maladies: typhus des broussailles, myxomatose, chez l'homme lymes aux symptômes semblables à ceux de la grippe, pharyngite, fatigue chronique, névralgies, plus rarement pneumonie, symptômes qui non soignés peuvent aboutir à des handicaps physiques, fonctionnels ou mentaux.

Le cycle de vie de ce Néotrombicule se déroule sur une année. Il commence à partir de l'œuf (pondu au printemps ou en été), qui, une fois déposé au sol par la femelle, mûrit et éclot après une dizaine de jours en mettant au jour une larve à six pattes.

Ces larves, localement parfois très abondantes en été et automne se mettent en quête d'un animal à sang chaud (humains ou animaux) sur lequel elles s'alimentent durant 2 à 10 jours, en utilisant leurs chélicères pour percer la peau et injecter enzymes lytiques dans sa couche vivante supérieure, ce qui leur permet ensuite de digérer les cellules lysées, liquéfiées. À ce stade, la larve est rouge-orangé, et longue de 0,2 à 0,4 mm.

Après la morsure, la larve d’aoûtat reste en place quelques temps et finit par se décrocher, parfois au bout de plusieurs heures pour s’enfouir dans le sol, où, en 5 à 6 semaines elle se transforme en nymphe à huit pattes, de forme très proche de l'acarien adulte. Les nymphes et les adultes n'ont plus besoin de se nourrir sur un animal.

 

Chez l'Homme, les piqûres apparaissent de préférence:

- dans les plis où la peau est plus fine (intérieur des coudes, des genoux (creux poplité), poignet, sous les bras…)

- à l'endroit où les vêtements sont serrés, élastiques, ceinture (hanches, chevilles, sous-vêtements…)

Les points de piqûre peuvent démanger sévèrement pendant plus de 8 jours.

- Un cas exceptionnel a récemment été décrit dans l’œil d'une patiente, provoquant une conjonctivite.

 

 

Prévention:

Pour éviter les morsures, portez des vêtements longs et couvrants pour toute promenade en forêt, des répulsifs acaricides sur les chaussures, chaussettes, guêtres et pantalon. Proter les chaussettes SUR le pantalon. La meilleure prévention est de porter des vêtements bien serrés aux extrémités afin de limiter le passage sur la peau. 

N’oubliez pas d’installer votre pique-nique sur une couverture, afin de ne pas vous faire dévorer pendant votre repas ...

 

Vous pouvez également utiliser des produits répulsifs, disponibles en pharmacie :

-    les huiles essentielles d’eucalyptus, menthe et lavande vaporisées sur vos vêtements permettent de repousser les aoutats ;

-    le talc répandu sur les vêtements et sous-vêtements assure une très bonne protection ;

-    les répulsifs anti-moustiques à base de DEET (dosés à 10 % chez les enfants de 6 mois à 12 ans) ou d'IR3535 peuvent aussi être utilisés mais sont contre-indiqués chez les moins de 6 mois.

 

Se traiter comment?

 

Dès l’apparition des premiers symptômes, prenez un bain chaud et lavez-vous avec du savon de Marseille.

Pour guérir les piqûres, frictionnez la plaie avec de l’alcool à 90° dénaturé, ou appliquez de l’Ascabiol sur la piqûre à l’aide d’un coton (disponible sans ordonnance). La larve sera neutralisée et se décrochera immédiatement.

 

Si les démangeaisons, douleurs ou œdèmes sont importants, demandez l’avis de votre pharmacien qui pourra vous conseiller une crème à base de cortisone (Cortisedermyl), parfois additionnée de lidocaïne (type Onctose) et un traitement anti-histaminique par voie orale (à base de Cétirizine ou de Loratadine).

 

Si vous présentez des symptômes de l'allergie (urticaire, œdème important, troubles de la respiration, …), consultez un médecin sans attendre.

Les démangeaisons (sur l'homme) peuvent être calmées par la prise d'un antihistaminique et éventuellement d'une crème antibiotique en cas de risque de surinfection.