Un 3D un peu râté

pas assez de 3D

des 3D non convaincantes 


il n'y a pas qu'amatxi qui le dise, mais Lys aussi


et puis un drôle de scénario:

- l'aviateur est devenu sénile et gâteux

- le Petit Prince apparaît comme un ado un peu "niais", très maladroit, qui a bien entendu abdiqué tout rêve et personnalité, il en a même oublié son identité, et surtout sa rose et puis totalement (alors là? impardonnable!).


Dans cet univers, il n'y en a que pour le fric et la rentabilité, et les individus A++++


Les héros vont rencontrer les personnages du livre de St Exupery

c'est un peu comme un puzzle que l'on reconstruirait

une matérialisation de l'univers poétique de St Exupery (ça n'est plus si poétique, le type d'animation choisie rend la tache difficile)


quelque part ça me rappelle davantage Jimmy Neutron lorsqu'il part à la recherche des parents kidnappés

(là, à l'époque j'avais bien aimé, mais à force de "pomper" les trames qui font recette, on finit par les élimer!)


il y a aussi et surtout l'histoire de l'héroïne : soumise à une mère seule très carriériste, très ambitieuse pour sa fille et effroyablement exigeante envers elle, séparée du père de l'enfant, businessman totalement absent, dont l'activité est représentée par les dizaines de boules de verre dont la neige tombe impitoyablement sur les buildings de son empire financier, petits présents offerts à sa fille qui les collectionne avec résignation...


Inévitable qu'elle trouve chez son voisin âgé la fantaisie et la stabilité émotionnelle qui lui font furieusement défaut dans sa famille.

Ses rencontres secrètes avec lui l'emportent loin de cet univers de compétition et de rentabilité.

Cette aventure est un plaidoyer pour l'amitié fidèle, la conservation et la réactivation des rêves d'enfant, l'accomplissement d'un destin en accord avec de véritables aspirations, les vertus de la famille optée lorsque la structure traditionnelle fait défaut.

Grandir, oui! mais se souvenir aussi! et se relier à, tisser du lien!

 

Ce film est bourré de bons sentiments et bonnes intentions, mais il ne nous a pas totalement convaincus,

il n'en demeure pas moins un agréable divertissement (animation léchée) qui nous a fait passer un bon moment.

 

 

Pour finir, le dirais-je, j'ai particulièrement apprécié la scène finale

je me suis dit que l'héroïne avait un point commun avec moi!

lequel?

Chut!


Je garde la réponse pour moi!

 

 

Voilà une vidéo ci-dessous qui, dans nos études, nous réconciliera avec l'histoire initiale et son texte ici résumé, et traduit en deux de nos langues: anglais et espagnol:

 

 

 

 

 

POSTLUDE:

 

créer des liens uniques au monde! 

oh toi qui es toi

as-tu abdiqué de créer et entretenir des liens?

si tu reviens n'importe quand, je ne saurai jamais quand "habiller mon coeur"!

on ne voit bien qu'avec le coeur

c'est le temps que tu as perdu pour ta rose...

 

le ciel est beau à cause d'une rose qu'on ne voit pas!