Les enfants ont - elles choisi vraiment la suite de leurs vacances ou cela leur a-t-il été imposé par la situation ou leur mère carrément?
 
Ont - elle évacué leur haine contre la prétendue marâtre que je serais?
 
Je n'en ai pas vraiment l'impression.
 
Ceci dit elles sont malades d'angoisse de devoir quitter leur mère et d'avoir à se quitter pour affronter maintenant une séparation d'un mois entre les deux soeurs.
 
Je dois fortement consoler Oeil de Vautour la veille de l'entrée d'Oeil de Tournesol au pensionnat anglais.
Ce fatidique matin elles sont toute nouée. 
 
 
Contre mon conseil, Oeil de Tournesol met un T-shirt inapproprié mais elle ordonne à sa soeur de se changer pour mettre autre chose qu'un caleçon qui ne fait ni correct, ni "stylé". 
 
Elle pense que ses condisciples ne seront pas forcément "friqués " puisque ses parents à elle l'envoient là, je lui réponds que ses parents font justement un effort particulièrement colossal. 
Que pour ma part, je n'ai pas fréquenté un internat de collège anglais depuis des lustres et que j'ignore comment les djeun's de maintenant y sont vêtus. Je lui recommande d'observer ses congénères et de se mettre "dans le ton" ou "au diapason" une fois sur place.
 
A peine arrivés, nous apercevons un couple de parents: lui costume cravate et elle pantalon et chemisier type cocktail!
 
Moi, dans un ensemble polyester savamment coordonné décalé,  j'arbore une parfaite manucure bleu nuit pour les mains, ongles 1960, et vermillon pour les pieds dans mes sandales de yachting.  Mes bijoux 1900, mon patronyme en disent long à ceux qui connaissent la réputation des vignobles du lieu, et mon aisance pour passer d'une langue à une autre achève de rassurer quiconque et surtout moi en fin de compte. J'en ai tout de même bien besoin.
 
Je donne des conseils de maintien et de présentation aux filles pour affronter ce moment de premiers contacts.
Elles restent cependant un peu "en marge" et assez intimidées.
La personne qui offre la collation se veut très rassurante. Je leur lâche la grappe, Oeil de Tournesol s'est trouvé une copine russe. Oeil de Vautour les rejoint par intermittence.
Après la présentation de l'équipe enseignante, je parle avec les trois profs principaux: maths, français, anglais et même avec un des animateurs sportifs, celui de kid boxing. Il est marocain. 
 
Nous partons Oeil de Vautour et moi vers d'autres aventures. Elle regrette de ne pouvoir rester comme étudiante. Je la renvoie à son statut d'élève de primaire ne pouvant être admise par conséquent actuellement dans un collège  (de type anglais ou non!)
 
 
Une anecdote du courant de la journée.
C'est probablement la poubelle qui aura mangé le chausson aux pommes et le délicieux pain d'épeautre que je ne parvins pas à retrouver. Autre possibilité: je les aurais écrasés sous les pneus de ma voiture lorsque nous sommes reparties du kiosque à musique où nous avions pique-niqué. Ces constatations font bidonner Oeil de vautour qui ne manque en aucun cas d'humour et de sens pratique. Elle me conseillera quelques jours après d'y retourner pour que ceux qui ont profité de notre sac de commissions oubliés (elle n'a là-dessus aucun doute) puissent continuer leur repas avec les parties saines de nos fruits gâtés que nous leur abandonnerions généreusement.
 
Cette enfant est généreuse, comme Sophie de Réan pouvait l'être